La Double Inconstance de Marivaux

Première lecture pour le #ReadingClassicsChallenge2018 du mois d’avril, j’ai choisi de lire La Double Inconstance de Marivaux, préfacée, s’il vous plaît, par ma directrice de mémoire elle-même.

20180426_103550.jpg

Qu’il est beau, le parvis de l’Opéra Graslin à Nantes…

Cette année, un de mes cours portaient sur la hiérarchie culturelle, notamment dans le théâtre. Ce fut l’occasion de m’intéresser à différentes pièces, et même d’en voir. Atys en Folie, par exemple, remet en scène la parodie de l’opéra de Lully de Fuzelier et d’Orneval, deux dramaturges du Théâtre de la Foire notamment; lors de la représentation, c’est bien plus que la méconnaissance du théâtre de cette époque qui nous frappe. C’est la possibilité de retourner dans le passé, un passé peu évoqué à cause des règles et normes imposées par l’Académie Française à l’époque, et dont on subit encore les conséquences aujourd’hui.

Bref, passons cette parenthèse historique et culturelle. Ce que j’aimerai vous dire, c’est que pour lire du théâtre, je pense que d’avoir quelques informations sur le sujet permet de mieux s’imprégner et de mieux se projeter dans le texte tel quel. Grâce à ces cours, j’ai lu, pour la première fois, du théâtre avec plaisir, en riant, en imaginant; tout simplement parce que j’avais les éléments en main pour profiter de ce moment de lecture.

Arlequin et Silvia sont amoureux l’un de l’autre mais un prince enlève Silvia car il souhaite se marier avec elle. Si l’événement paraît un peu barbare, c’est surtout la suite de l’intrigue qui importe, car elle dédramatise cet événement. Arlequin veut retrouver sa bien-aimée, Silvia aussi jusqu’à ce que les adjuvants du Prince fassent en sorte de détourner les sentiments de l’un et l’autre, pour parvenir à l’objectif final: que Silvia épouse le Prince. Une servante va tenter de séduire Arlequin, Silvia va s’interroger sur de potentiels sentiments envers un homme qu’elle a croisé auparavant (et qui n’est autre que le Prince, mais elle ne le sait pas)… Un beau mélange de situations qui montrent l’absurdité de l’amour.

C’est une parodie qui fonctionne, qui se lit très vite et qui fait rire, oui oui !

Et vous, quel livre de Marivaux avez-vous lu pour le Challenge ?

A très vite!

Lilly

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :