Balzac et la petite tailleuse chinoise de Dai Sije

 

20170827_091942

Ma note : ♥♥♥♥/5

Balzac et la petite tailleuse chinoise, un titre qui fait s’interroger par l’association surprenante de deux figures a priori opposées. Et pourtant, il s’agit bien là d’un couple, du couple du livre, autour duquel gravitent sans le savoir Luo et le narrateur. Ces derniers subissent la dictature de Mao, et sont au cœur de la rééducation: envoyés dans des villages perdus dans la campagne chinoise, ils doivent apprendre le travail agricole et se voient privés d’une éducation scolaire habituelle. Luo est considéré comme un conteur, il adore raconter des histoires et adore aussi jouer de son rôle. Pour autant c’est le narrateur qui raconte le mieux les histoires, à en juger par le livre qu’il raconte seul, contrairement à Luo qui devient de plus en plus crâneur. Dès le début du livre, on sent que cela lui donne un plus fort impact sur l’histoire. Lorsque les deux amis rencontrent la petite tailleuse, forcément la plus belle fille que les garçons connaissent, tous deux en tombent amoureux ; mais c’est Luo qui se verra être l’heureux élu d’une idylle naissante, comme on pouvait s’en douter.

Luo et le narrateur rencontrent aussi un de leurs amis dans un village voisin. Ce dernier leur échange un livre (alors interdit à cette époque-là) contre un service rendu. Commence alors un enchaînement de négociations entre Luo, le narrateur et leur ami, détenteur de la valise pleine de livres interdits. Essuyant les refus, les amis décident de voler la valise, offrant au lecteur un moment assez drôle mais tout aussi prenant. C’est à partir de ce moment-là que Luo pense pouvoir changer la vie de la petite tailleuse chinoise. En effet, il croit que par les livres, il pourra faire d’elle une fille aussi belle qu’intellectuelle. Cette volonté va lui faire défaut, et c’est en lui lisant du Balzac amoureusement que le couple du titre du livre va naître.

Passant de l’amour adolescent à l’amour des livres, voué en secret pour ne pas éveiller les soupçons, ce trio devient très vite attachant. L’évocation timide et poétique de l’amour de jeunesse, ainsi que tous les autres sentiments existants dans un triangle amoureux (la jalousie, la frustration, l’envie…) rendent un peu plus touchante l’histoire. Ce sont tous ces éléments, mais surtout l’émancipation finale de la petite tailleuse (qui, à cause -ou grâce?- aux livres de Balzac, pense pouvoir devenir une femme de la ville) qui m’ont fait aimer ce livre et qui m’ont permis de me poser encore des questions une fois le roman fermé.

Que sont devenus Luo et le narrateur ?

Encore plus frustrant lorsqu’on se souvient que ces derniers ont dû quitter la ville de force, à cause de l’oppression, tandis que la petite tailleuse, elle, n’a jamais connu la vie en ville et part malgré tout…

Nos Années Sauvages de Karen Joy Fowler

Ma note : ♥♥♥♥/5

Repéré grâce au petit mot du libraire laissé sur la couverture, le résumé de Nos Années Sauvages n’a fait que conforter mon envie de lire ce roman durant l’été. Une couverture jaune soleil reflétant l’ombre d’une jeune fille se balançant sous un arbre, une quatrième de couverture des plus intrigantes, bref, l’esthétique laissait entrevoir un moment agréable (mais je suis de celle qui jure ne pas se fier à la couverture d’un livre… Honte à moi). L’intrigue est subtilement menée et le suspens habilement attisé par l’auteure, ce qui ne m’a pas permis – à une seule seconde – de m’imaginer ce que j’allais lire. Le choc a été très fort. Je ne dirai pas brutal car ce n’est pas approprié à l’atmosphère du livre. C’était chargé, en émotion mais aussi en excitation: j’avais d’autant plus envie d’en apprendre plus sur cette famille. Et c’est là que le roman est bien ficelé : il m’est absolument impossible d’en dire plus, car cela gâcherait tout ! Et c’est d’autant plus frustrant que j’ai adoré ce livre et que je meurs d’envie d’en parler autour de moi…

DSC02615

Le seul petit bémol qui ne m’a pas permis de mettre un 5/5 est la fin. Je ne parlerai pas de déception, car je ne peux pas être déçue d’un livre qui fait réfléchir aussi bien sur les relations humaines que sur le pouvoir des mots. Mais disons qu’avec la force de l’intrigue et la puissance des émotions qui s’en dégagent, je m’attendais à une fin du même niveau que la révélation du milieu du roman. Ce point déceptif ne concerne sûrement que moi, dans la mesure où cela faisait longtemps que je n’avais pas été happée dans une lecture comme celle-ci, et que cela n’a fait qu’accroître mon horizon d’attente !

En outre, je ne vous conseille qu’une seule chose : lisez ce livre génial ! Vous en ressortirez changé, pour ne pas dire grandi…